Que ce soit dans le cadre professionnel ou personnel, la dégustation du vin est une étape assez délicate à ne surtout pas négliger.

Bien évidemment, il faudra une certaine pratique, mais il faut surtout être objectif et ne pas prendre en compte ses goûts et ses préférences.

Il sera nécessaire de mobiliser tous ses sens pour apprécier le vin et déceler s’il est bon ou mauvais !

Voici des techniques qui vous aideront !

L’approche visuelle de votre breuvage

Apprendre à déguster un vin
Apprendre à déguster un vin

Sachez que les yeux sont le sens le plus plébiscité pour juger de la qualité d’un vin. Généralement, un vin de bonne qualité aura une robe profonde et étincelante. La couleur est également importante, car elle permet d’indiquer son âge :

  • Pour un vin rouge, si la couleur vire vers un rouge brique, alors le millésime est ancien. Si par contre, il est clair et a une teinte assez violine, c’est-à-dire qu’il est encore tout jeune. (Il est toutefois important de préciser que la couleur dépendra aussi du cépage qui sera utilisé).
  • Pour un vin blanc, plus il est vieux, plus sa couleur vire à l’or. 

L’approche olfactive : le nez

En tant qu’amateur ou professionnel, vous constaterez que le vin se déguste aussi par l’odeur.

Vous serez plus enclin de juger sa qualité grâce aux senteurs qu’il dégage.

Le premier nez est l’instant où vous vous pencherez sur votre verre pour inspirer son odeur.

Si le vin est ouvert, vous aurez la possibilité de déceler certains arômes florale, végétale ou encore minérale.

Si vous n’y arrivez pas, c’est que le vin est encore fermé. Pour ce faire, vous devez le laisser s’aérer un peu, puis le remuer pour en dégager à nouveau les arômes (on parle ici de deuxième nez).

Les nuances d’arômes doivent être bien décelables pour juger de la qualité du vin.

Le goût du vin et la recherche de l’équilibre

Vient le moment de goûter votre vin.

Pour qualifier un vin de bon, il faut qu’il soit équilibré.

Au moment de la 1re fermentation dans l’étape de la vinification, le sucre des raisins est transformé en alcool. Il faut donc bien gérer cette étape pour ne pas avoir un breuvage trop alcooleux ou trop sucré.

Un bon vin doit proposer un excellent équilibre entre sucre, acidité et fruit.

La longueur du vin

Il est à noter que la longueur du vin correspond au temps pendant lequel ses arômes restent dans la bouche, et ce même après avoir recraché le vin ou avalé.

Nous pouvons donc déduire que plus le vin est long en bouche, plus vous prendrez plaisir à le déguster.

Conclusion et question aux lecteurs

Il existe d’autres critères que les professionnels utilisent pour déceler la qualité du vin comme la typicité, l’intensité des arômes ou encore la complexité.

Mais si le vin que vous dégustez remplit déjà les critères ci-dessus, on pourra qualifier le breuvage de « bon ».

Et qu’en est-il de la dégustation de champagne ? 

Catégories : bouteille de vin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *